Projets

ACACIA : un projet de bois énergie collectif

par | Jan 17, 2022 | Projet | 0 commentaires

Carte d’identité

Organisme : Association Syndicale Libre (ASL) « ACACIA » 

Président : Nicolas Delaporte

Eléments techniques : Chaufferie bois de 200 kW, qui alimente 7 foyers 

Coût du projet : 173 000 €

Témoignage de M. Nicolas Delaporte,
habitant de Clavy-Warby (08) et à l’initiative du projet.

Comment est né le projet de chaufferie bois ?

Ça n’était pas le premier projet de production d’énergie renouvelable à voir le jour à Clavy-Warby, une unité de méthanisation agricole avait été construite en 2006, avec une valorisation de la chaleur via un réseau qui alimente aujourd’hui 8 maisons.

Étant intéressé à titre personnel par les énergies renouvelables, l’idée a émergé d’installer une chaudière bois pour alimenter plusieurs foyers de la commune. La proposition a été transmise à un groupe de voisins rapprochés déjà lié en partie par l’utilisation d’une tondeuse commune.

L’installation d’une chaudière automatique pour produire de l’énergie locale et renouvelable permet :

    • de ne plus dépendre d’énergies fossiles (empreinte carbone et coût),
    • d’installer un chauffage central pour un couple de personnes âgées,
    • de remplacer des chaudières fuel vieillissantes, des chaudières bois bûches peu performantes et contraignantes.

Le projet s’est structuré avec l’appui de l’ALE 08 et de son chargé de mission bois énergie, ayant permis la mise en place de chaufferies bois dès 2007 sur le département.

 

Quels sont les acteurs clés autour du projet ?

Le groupe de personnes à l’origine du projet a pu compter sur l’appui de l’ALE08. C’est une structure neutre et motivée ayant des compétences sur le bois énergie. L’autre acteur clé a été le chauffagiste expérimenté et convaincu de la pertinence environnementale et sociale d’un tel projet.

 

Quelles ont été les principales étapes de montage du projet ? 

La première étape fut la concertation entre les propriétaires afin de connaître et définir leurs besoins en termes de chauffage. Une note d’opportunité a alors été réalisée par l’ALE 08. S’en est suivie une étude de faisabilité assurée à l’époque par Energico Ingénierie (un bureau d’études spécialisé alsacien).

Finalement, le besoin technique pour alimenter les 7 foyers concernés a été évalué à une chaudière de 200 kW. Un emplacement de stockage a également été prévu, le tout dans un hangar existant qui a été réhabilité. Ainsi le local peut stocker une demi-saison de chauffe, ce qui permet de gérer plus facilement l’approvisionnement. 

Après avoir défini le choix de la structure porteuse du projet, des demandes d’aides financières ont été faites en même temps que la création de l’ASL, auprès de la Région, l’ADEME et l’Europe via le dispositif FEADER, qui ont subventionné à hauteur de 80 % le projet.

Une demande à la commune a également été formulée afin de pouvoir passer sur le domaine public avec le réseau de chaleur, ce que la collectivité a accepté.

 

Qu’est-ce qui a conduit au choix d’une ASL ?

L’ALE 08 nous a tout de suite aiguillés vers la création d’une Association Syndicale Libre, selon des conseils et retours d’expériences issus de réseaux nationaux, évoquant le fait qu’une ASL était un moyen sûr de pérenniser le projet.

En effet, ce sont les parcelles cadastrales qui sont liées par le biais de l’association, ce qui assure qu’en cas de vente de l’un des biens, le changement de propriétaire n’affecte pas le projet. Ce format associatif convenait donc bien aux membres car plus adapté pour formaliser juridiquement les liens entre les parties qu’une société liant des personnes.

 

Est-ce que des difficultés particulières ont été rencontrées lors du montage du projet ?

La plus grosse difficulté est venue du fait qu’une ASL est peu connue. Au niveau des services de l’État qui ont refusé sa création sans raison valable, des banques qui ne voulaient pas accorder de prêt à une structure sans ressource ou capital, et des assurances. Le retard du fait du refus de la création de la structure a remis en cause les aides octroyées et donc le financement du projet.

Finalement, un rendez-vous politique a pu débloquer la situation en décrivant le projet et la raison pour laquelle ce véhicule juridique avait été choisi, ce qui a rendu possible le reste des démarches.

 

Quel a été le choix d’ACACIA pour la fourniture du bois ?

La fourniture de bois a été faite dans un premier temps par un agriculteur, avec une incertitude concernant la garantie de qualité et quantité suffisante. De ce fait, un industriel du bois a assuré la livraison pendant l’année suivante, avec aussi des soucis au niveau de la qualité du produit (humidité, granulométrie).

Enfin, le bureau d’études local ENErgic (article dédié ici) a proposé la vente de bois au MWh plutôt qu’au poids. Ce dernier étant fonction de l’humidité, il ne garantit pas une qualité optimale et constante. Cela a permis de sécuriser en quantité l’approvisionnement annuel avec un contrat, ce qui n’était pas le cas des autres.

 

Est-ce que ce modèle pourrait être réplicable ? À quelles conditions ?

Oui ! Il faut un groupe motivé qui puisse s’entourer de structures compétentes et expérimentées pour la genèse du projet. il y a aussi besoin d’une filière bois énergie active sur le territoire (chauffagiste, fournisseur de plaquettes…).

 

Est-ce que le nombre de bâtiments peut évoluer ?
(Un propriétaire décide d’arrêter, d’autres veulent s’intégrer au réseau…)

Oui, mais les bâtiments raccordés au réseau ne peuvent se retirer sans l’accord de l’Assemblée Générale de l’association.

On peut aussi augmenter le nombre de bâtiments raccordés, envisageable en même temps que la rénovation de vieux bâtiments proches de la chaufferie.

Les bâtiments sont enfin amenés à évoluer en diminuant leur consommation.

 

Et aujourd’hui, à quoi ressemble la vie du projet ?

Aujourd’hui le projet est en phase exploitation, le bon fonctionnement de la chaudière, la maintenance, les facturations des différents consommateurs et la gestion du stock de bois font partie des missions à assurer au quotidien.

Par ailleurs le projet fait office d’exemple et des visites s’organisent ainsi que des témoignages permettant d’orienter de potentiels porteurs de projets.

Merci à M. Delaporte pour son témoignage !

Pour en savoir plus, retrouvez :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Centrales Villageoises de Vezouze en Piémont

Centrales Villageoises de Vezouze en Piémont

Carte d'identitéOrganismeLes Centrales Villageoises de Vezouze en PiémontObjetCréée en 2019, la SAS Centrales Villageoises de Vezouze en Piémont fait partie d’un territoire engagé depuis plus de 15 ans dans les énergies renouvelables et la transition énergétique avec...

Inscrivez-vous à notre newsletter

Si vous souhaitez suivre les actualités de l’énergie citoyenne en Grand Est, n’hésitez pas à vous inscrire à notre lettre d’informations !

*champ requis