La genèse

Créée en 2003, l’association AMPER (Association Mosellane pour la Promotion des Énergies Renouvelables) œuvre à l’usage des énergies renouvelables, la sobriété, l’éco-consommation, l’éco-construction, l’éco-mobilité etc. Elle a toujours prôné l’exemplarité dans ses démarches. Participant à divers « plan climat », elle n’a cessé de mettre en avant la nécessité, pour les acteurs institutionnels et les collectivités, de favoriser l’émergence de projets visant l’autonomie énergétique et alimentaire aux  travers de collectifs citoyens.

Inscrit dans nos projets depuis quelques années, c’est en 2019 que nous avons rencontré la municipalité de Spicheren pour présenter un projet citoyen qui se développerait à partir de toitures communales. L’idée a été très bien accueillie. S’en est suivie l’autorisation de pousser nos investigations sur les bâtiments communaux.

Après ce soutien, nous avons fait part de notre projet à la région Grand Est via le dispositif « Climaxion » et commencé à nous organiser.

Le réseau GECLER, soutenu par ce même dispositif « Climaxion » et ayant eu vent de notre projet, nous convia à une journée de rencontre, de partage et d’échange avec tous les porteurs d’initiatives citoyennes en région Grand-Est à Orbey le 23 mars 2019 (article dédié ici). Cette journée très instructive nous a montré, en dépit des difficultés rencontrées par les uns et les autres, que nous n’étions pas seuls, cela rassure.

Communication

Afin de limiter les coûts pour l’association, c’est avec la débrouille, beaucoup de petites mains que nous avons imprimé et distribué 2 000 tracts pour présenter le projet. Il s’en est suivi 4 présentations publiques dont une avec Sylvain Balland, représentant local du réseau « GECLER ».

Quelques articles de presse, ainsi que les TV locales auront permis une médiatisation plus large du projet.

Etude de terrain

En parallèle, nous avons recensé les potentiels et commencés les études de gisements. Marcel, Vice-Président d’AMPER est ingénieur. Il est familier des énergies renouvelables et maîtrise les paramètres nécessaires aux installations solaires, ce qui nous a permis d’avancer sur cette phase sans occasionner de frais. Trois toitures, dont deux parmi les plus « solairement » idéales, s’avéreront finalement inexploitables.

SAS LEGs (Les Énergies des Greniers)

Il nous fallait créer la structure légale. Nous avons opté pour une SAS à capital variable avec les membres d’AMPER et des citoyens engagés. Le nom de la structure est un clin d’œil à Spicheren (village frontalier situé à côté de Sarrebruck) dont l’étymologie vient justement de l’Allemand Speicher signifiant « grenier » ou encore « mémoire » ou « réservoir ». Le sens du leg, la transmission nous a également semblé intéressant tout comme sa traduction anglaise : la jambe.

Après la mise en place des statuts de LEGs et sa création au mois de février 2020, nous avons signé la convention d’occupation des toits avec la municipalité.

Nous avons aussitôt engagé les démarches administratives et notamment les demandes d’autorisations préalables d’urbanisme.

À ce jour et après de multiples demandes complémentaires d’information ou de pièces administratives, quatre dossiers de demande de raccordement pour un total de 132 kWc, sont en cours d’instruction dans les services d’Enedis.

Si nous avions le feu vert de cette instance, les projets ne seraient toutefois « validés » qu’après obtention des garanties structurelles nécessaires ainsi que toutes les autorisations administratives requises dont le SDIS (Syndicat Départemental d’Incendie et de Secours), pour enfin lancer les souscriptions, emprunts bancaires et consultations des entreprises.

Les lenteurs administratives doublées de crise sanitaire nous auront considérablement ralenti. Toutefois nous gardons bon espoir de faire aboutir un début d’installation pour cette année !

Contact : info@legs-grand-est.com 

Témoignage de Pascal Marquis

Légende des photos :
1 – Pascal Marquis et Marcel Junk devant une maison éco-construite de Pascal (structure bois, isolation paille, etc).
2 – Les membres de l’association AMPER.
3 – Visite des centrales villageoises de la Weiss à Orbey organisée par le réseau GECLER.
4 – Reportage FR3 sur le projet avec Marcel Junk.
5 – Formation « modèle économiques des grappes photovoltaïques » à Nancy.
6 – Le logo de la SAS.