Carte d’identité du projet

Objectif :  développer et exploiter la production d’énergies renouvelables (EnR) sur le périmètre de la CVC2 défini par la Communauté de Communes des Crêtes Préardennaises en associant les acteurs locaux (habitants, collectivités, entreprises, associations…) pour des retombées économiques locales.

Organisme : SAS Centrales Villageoises des Crêtes 2

Responsable : M. Bernard Jacquot, Président

Site internet : http://www.cretes2.centralesvillageoises.fr/

L’historique du projet

La Communauté de Communes des Crêtes Préardennaises, située dans le département des Ardennes, s’est lancée dès 2011 dans un Plan Climat Énergie Territorial volontaire, et s’inscrit dans des démarches ambitieuses comme celle des TEPOS (Territoire à Énergie Positive). C’est dans ce cadre que la volonté de développer la production d’énergie renouvelable localement s’est concrétisée avec le projet de couvrir tout le territoire par des sociétés citoyennes. 

Après quelques recherches et informations provenant d’autres territoires, le modèle proposé par l’association des Centrales Villageoises a séduit, et c’est ce type de sociétés citoyennes qu’il a été choisi de faire émerger sur le territoire.

La collectivité comportant 94 communes, un découpage en trois secteurs a été défini, avec l’émergence d’une première société : les Centrales Villageoises des Crêtes. L’inauguration a eu lieu le 27 avril 2019 et la société produit aujourd’hui de l’électricité avec des panneaux photovoltaïques installés sur 15 toitures. (secteur vert sur la carte, article dédié ici)

Le projet des Centrales Villageoises des Crêtes 2 s’est donc lancé une fois le premier mis en service, et son périmètre correspond au secteur violet de la carte des communes du territoire.

Présentation du projet

Après plusieurs réunions publiques organisées par la Communauté de Communes des Crêtes Préardennaises et l’ALE 08, un groupe de citoyens s’est réuni à plusieurs reprises lors d’ateliers de travail.

Quatorze toitures ont été identifiées pour être équipées de panneaux photovoltaïques, sur des bâtiments divers (habitations de particuliers, exploitations agricoles, bâtiments publics). Cela représente environ 283 kWc soit l’équivalent de la consommation en électricité spécifique de 90 foyers.

La SAS Centrales Villageoises des Crêtes 2 fonctionne comme une coopérative, les décisions sont prises par les sociétaires. Par exemple les travaux seront en priorité confiés à des entreprises locales, c’est ce type de décisions qui permet de générer des retombées économiques locales plus importantes que des projets privés (1€ investi dans un projet citoyen génère 2 à 3€ pour le territoire selon l’étude 2019 d’Énergie Partagée).

Une fois la mise en service des installations effectuée, la vente d’électricité générera de l’ordre de 30 000 € de recettes par an. Le retour sur investissement est prévu dans 12 ans, les bénéfices seront réinvestis dans de nouveaux projets de production d’énergie renouvelable et redistribués aux sociétaires qui auront acheté des parts.

Le fait qu’une société ait été créée récemment sur le territoire de la même intercommunalité permet des échanges entre les porteurs de projet. Par exemple des membres de la CVC2 (Centrales Villageoises des Crêtes 2) étaient présents à l’Assemblée Générale de la première société (Centrales Villageoises des Crêtes – CVC), le Président de la société en exploitation a pu apporter des conseils au groupe de la CVC2, une formation proposée par l’association des Centrales Villageoises a été suivie en commun…

 

Quelques chiffres

Surface photovoltaïque

1 553 m2

Puissance photovoltaïque
283 kWc
Production annuelle
266 800 kWh/an
Coût investissement
348 062 €
Recettes annuelles
31 608 € / an

Actualité du projet

Les deux périodes de confinement ont ralenti l’avancée du projet mais n’ont pas entamé la détermination des citoyens réunis au sein de la SAS Centrales Villageoises des Crêtes 2.

Le démarrage des travaux est envisagé au premier semestre 2021.

Un investissement de 350 000 euros est nécessaire, dont 130 000 euros proviendront de subventions (ADEME, Région Grand Est, communes, Communauté de Communes des Crêtes Préardennaises, LEADER). Le reste, ce seront les habitants, entreprises et collectivités locales qui le financeront en rentrant au capital de la société. La mobilisation citoyenne autour du projet s’est tenue malgré les conditions sanitaires particulières et a permis de recueillir plus de la moitié des 95 000 € nécessaires pour débloquer les prêts bancaires.

La mobilisation locale pour réunir des fonds pour ce projet s’est renforcée une fois que la Communauté de Communes et la SCIC Enercoop Nord Est ont voté leurs prises de parts dans la société. Les parts prises par les citoyens ont alors augmenté, ce qui montre à quel point le soutien des structures locales, collectivités et entreprises, permet d’apporter une crédibilité au projet et de rassurer les citoyens qui investissent alors plus facilement.

 

Témoignage d’une sociétaire du projet

Investir dans les centrales villageoises photovoltaïques des Crêtes Préardennaises présente pour moi un triple intérêt :

  • D’abord c’est un moyen de lutter concrètement et rapidement contre le réchauffement climatique, de réduire notre empreinte carbone. (Beaucoup font des travaux d’isolation et de changement de chauffage, mais personnellement je suis locataire, alors j’agis autrement)

  • Ensuite c’est une façon de stimuler l’économie locale, avec des emplois locaux de techniciens, d’installateurs et de maintenance…

  • Enfin c’est un levier d’action citoyenne. L’État agit trop lentement depuis la COP 21, or il y a urgence. Quand un citoyen apporte de l’argent avec d’autres, les subventions aussi arrivent, et l’emprunt bancaire peut se faire à des conditions correctes. L’apport de chacun sert de catalyseur.

Dans cet investissement citoyen, je peux m’adresser directement à la SAS, nous pouvons assister aux réunions et aux assemblées générales, nous recevons des mails, nous pouvons aussi voir l’avancée des travaux et même constater sur place.

Je peux également m’adresser à l’agence locale de l’énergie. Il n’y en a pas partout en France et c’est une chance pour notre département. Nous y avons des interlocuteurs proches et pédagogues.

“Rien que le fait d’avoir de l’argent en banque accentue parfois le fossé entre les riches et les pauvres, sans qu’on le veuille”.

Je sais que l’argent que je mets dans ce projet, mes enfants le retrouveront doublement : parce que c’est pour préserver l’avenir et parce qu’il est placé et qu’il n’est pas perdu.

 

Merci à M. Bernard Jacquot pour ses informations sur le projet, actualités à suivre !